Bruno vannacciBruno Vannacci jury de l’émission « A vos pinceaux » est bien plus que ça ! Je l’ai découvert à la télévision comme beaucoup de français et j’ai adoré son côté pédagogue et sympathique qu’il laissait transparaître. Je me suis dit qu’il fallait faire parler de lui !

D’après mes lectures, Bruno est un artiste confirmé qui s’intéresse beaucoup à l’Histoire de l’art et sa pratique, mais aussi à la philosophie autour de celui-ci. Il donne des cours dans des écoles d’arts appliqués et des conférences, mais expose aussi son œuvre en galerie.
Je vous propose de faire sa connaissance avec moi puisque j’ai eu le plaisir de l’interviewer pour mon blog Cha’gribouille !

Vous verrez l’article est très étoffé, car il se trouve que Bruno est volubilement intéressant… et je n’ai pas eu envie de supprimer des questions et encore moins de tronquer ses réponses.

 

 

 

Un interview aux tournures philosophique avec Bruno Vannacci.

 

Pauline : Qui es-tu ?
Bruno : J’ai 45 ans, je suis marié et papa de deux enfants de 7 ans et 17 ans. Passionné par l’art et l’humanité, je m’intéresse plus particulièrement à la philosophie de l’art, l’histoire de l’art, la musique, le cinéma et les sciences humaines.


Pauline :
Qu’aimes-tu le plus ? Que détestes-tu le plus ou qu’aimes-tu le moins ?
Bruno :J’aime plus que tout mon entourage, les gens, la peinture, mais aussi la pâte à tartiner !
A contrario, suis exaspéré par la bêtise humaine : l’incapacité à se mettre à la place de…


Pauline :
J’ai commencé à lire ton livre, mais j’aimerai que tu racontes à mes lecteurs comment es-tu arrivé à l’art ou bien comment est-il arrivé à toi ? Comment es-tu devenu professeur et conférencier ? Que te procure-t-il ?
Bruno : J’ai beaucoup dessiné et peint de façon naturelle depuis mon enfance et je ne me suis jamais arrêté. Ma révélation fut la découverte du tableau « Les vieilles » de Goya exposé au Louvre. Il m’a tout de suite interpelé, m’a pénétré… Il a réveillé chez moi une forme d’intelligence du corps qui a compris, ressenti : une vraie rencontre et ce à l’âge de 13 ans.

Bruno a ajouté cette citation sans doute d’Aristote (citation qui tombe à point nommé dans ma vie: merci, Bruno !)
Là où vos désirs et les besoins du monde se croisent là se trouve votre vocation.

J’ai toujours été plasticien… j’ai fait mes preuves et j’ai gagné ma place de professeur et conférencier en plus du plaisir de « faire plaisir par la peinture ».
La peinture m’a permis de me connecter au non-verbal et elle me remplit véritablement.

 cours bruno vannacci


Pauline :
On dit souvent que les artistes sont des êtres compliqués, rêveurs, torturés, qu’ils vivent dans un monde bien à eux : pour toi l’art peut-il être vecteur de bien-être ou plutôt de torture, voir les deux ?

Bruno : Je ne suis pas certain qu’ils soient plus torturés que les autres. La nature humaine est compliquée. Les artistes qui ont laissé une trace ont provoqué un regard. Leur vie et leur œuvre sont souvent liées : l’œuvre EST l’artiste. On voit d’ailleurs sa complexité à travers son œuvre.
L’artiste est finalement exposé aux à travers son œuvre …

Une autre citation de Michel Audiard: Heureux soient les fêlés, car ils laisseront passer la lumière.


Pauline :
Quelle est selon toi la différence entre arts appliqués et les arts plastiques ?

Bruno : En deux mots, pour faire la différence :

  • Les arts plastiques regroupent la peinture, la sculpture et le dessin. Ils recensent les œuvres qui n’ont pas d’autre but que la beauté. Le beau est désintéressé. Les beaux-arts font partie des arts plastiques.
  • Les arts appliqués regroupent le dessin de mode, design, la PAO… On injecte de l’esthétique (le beau) et du pratique dans une chose qui a un but précis.
    exemple : une table qui doit être belle (design)

Bruno a fait beaucoup de citations au cours de l’interview, j’ai adoré celle-ci :
À la question « A quoi sert l’art ? » Jean Cocteau répond : « l’art c’est comme l’amour, ça ne sert à rien… »

huilestoile5 bruno vannacci auto portrait pastel6 huilespapier25
Quelques toiles de Bruno

 


Pauline :
J’ai eu l’occasion de discuter des différents cursus scolaires liés à l’art avec Virginie Nahon, illustratrice et co-fondatrice de Voilà ton mouton … et c’est un sujet qui l’interpelle encore ! Penses-tu que les formations sont différentes au point de ne pas pouvoir les lier par la suite ?

Bruno : On peut totalement passer de l’un à l’autre : tout est permis même si en France on met les gens dans des cases. Pour ma part, j’ai fait des études d’arts plastiques et j‘enseigne à des étudiants d’art appliqués.
Faire une école d’Arts plastiques permet de s’ouvrir à beaucoup de choses et de faire de l’enseignement en dehors de son domaine de compétence.


Pauline :
Je m’intéresse beaucoup au « Jeu de peindre » => méthode permettant à tout un chacun de puiser l’essentiel au fond de soi pour retrouver une certaine sérénité au travers des traces spontanées grâce à la peinture proposée dans un lieu clos, sans thème ni jugement… Pas besoin d’être artiste, juste de se laisser aller sans avoir peur du jugement puisqu’inexistant.


Pauline: Penses-tu que le Jeu de Peindre d’Arno Stern soit si éloigné de l’art voir de l’art-thérapie ?

Bruno : J’aime parler de ce que je connais… et c’est pour le coup une découverte !
Dans toutes formes d’arts, il y a une bonne dose d’autosatisfaction, une forme de thérapie puisqu’indirectement l’art soigne. La pratique de la peinture ou du dessin permet de trouver un soulagement : on se sent plus léger. En ça, toute pratique picturale permet de se donner du plaisir de voir que l’on peut progresser. « L’Art pour en vivre : gagner sa vie » ou « l’Art pour prendre juste du plaisir » est l’unique différence. C’est peut-être pour cela que l’on pourrait dire que le Jeu de peindre ne serait pas de l’Art selon son créateur.

Aparté de Pauline : Cet interview a vraiment pris une tournure philosophique, mais avec Bruno, comment faire autrement : Avec les pistes insufflées par celui-ci, je dirais qu’il y a une forme d’Art, bien qu’à l’origine l’Art est fait pour être partagé puisqu’il se nourrit du regard de l’autre. Le Jeu de Peindre est un moyen d’expression artistique spontané et non de l’Art si l’on écoute attentivement le créateur de Jeu de Peindre. Son seul but est de se procurer un bien-être personnel et rien que personnel, de laisser rejaillir les gestes archaïques enfouis au fond de l’Être. D’où ma question…


Pauline :
Comme je te le disais, je t’ai découvert lors de l’émission proposée par France 2 ! pourquoi as-tu accepté de participer activement à cette nouveauté télévisuelle ?

Bruno : On est venu me chercher, j’ai la chance d’avoir un site internet très bien référencé sur Google. La BBC cherchait un prof un peu différent. Nous avons eu le feeling. La télé avait une place très importante dans ma culture familiale : le rapport à l’image l’est d’ailleurs dans notre civilisation !

a vos pinceaux


Pauline :
A ce sujet, je trouve bien dommage de ne pas laisser le programme se dérouler en entier sur France 2. C’est bien normal de laisser le temps aux gens de découvrir un nouveau genre d’émission (enfin un nouveau thème). C’est pourtant intéressant de sortir des sentiers battus et j’espère que France 4 renouvellera l’émission l’année prochaine ! 

Regrettes-tu qu’elle ne rencontre visiblement pas le succès attendu ou bien penses-tu que la question n’est pas une question de visibilité ?
Bruno : Oui, je regrette que ça ne continue pas sur France 2. On a intéressé 1.600 000 personnes et ce n’est déjà pas mal. Par déformation professionnelle, j’ai aussi vécu ce concours comme un professeur avec ses élèves. C’était chouette !
Certains professionnels du milieu ont trouvé qu’il aurait fallu de bien meilleurs amateurs… et pourtant cette émission s’est révélée à la portée de tous ceux qui pouvaient être intéressés par l’Art pictural sans être de la partie.
On reçoit peu d’éducation à la peinture en comparaison avec la musique par exemple et c’est donc bien normal de capter moins facilement l’attention des personnes qui ne connaissent pas cette pratique artistique.
France 2 attendait plus d’audimat. Etant donné le sujet, je dirai que l’on a fait de notre mieux

 

Place au loto mensuel de Cha’gribouille !

 

Pauline : Plus haut, je parlais de ton livre « Premiers pas vers l’art »… comme je te le disais j’en ai commencé sa lecture, mais je pense que tu es le mieux placé pour en parler !
Pour finir cet interview en beauté, je t’invite à donner envie à mes lecteurs de te lire ?

Bruno : alors… je dirai soyez indulgents !! lol… C’est mon premier livre.
J’ai tenté de faire un témoignage sur ma découverte de l’Histoire de l’art. J’ai envie que le lecteur ait le sentiment que mon discours s’adresse à tout le monde: qu’il raconte modestement l’Histoire de l’art à tous.
Je serai ravi de vous offrir un livre à l’occasion du loto qui suit.

livre bruno vannacci

Pauline : Je te remercie pour le temps que tu m’as consacré et la bonne humeur transmise ! et je vous invite à tenter votre chance chers lecteurs…
Bruno : Encore merci pour ton intérêt concernant « A vos pinceaux » et pour mon travail.
Ce fut un vrai plaisir de converser avec toi ! J’espère que tu trouveras ta voie rapidement, tu es une belle personne cela ne serait tarder. A bientôt j’espère.
Bonne chance à tous au loto de Cha’gribouille !

 

Les participations seront clôturées le mercredi 29 février !

A bientôt pour le tirage du loto.

chat---Copie - Copie (2)ha’gribouillement,

signature-pauline

EDIT: Tirage du loto du 28/02/2017- Pour voir le nom du gagnant apparaître connectez-vous sur pc ou mac, la fonction n’est pas disponible sur mobile.